Les logorrhées d'El Othmani à Marrakech

Les logorrhées d'El Othmani à Marrakech

Le chef du gouvernement a profité de sa sortie ce week-end à Marrakech, lors du lancement du projet Tamkine pour l’autonomisation des femmes et de la rencontre régionale des élus de la région Marrakech-Safi, pour tancer le PAM, invoquer les crocodiles de Benkirane et recadrer ses confrères de parti. Digest d'un week-end prolixe.

Par

El Othmani à Marrakech, le 17 novembre. Crédit: PJD/Facebook

Se charger du monde rural est cohérent avec la vision du Parti de la justice et du développement”, a déclaré le chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani ce dimanche 17 novembre 2019, lors d’une rencontre organisée par le secrétariat régional et provincial du Parti de la justice et du développement (PJD) de la région de Swihla.

Le chef du gouvernement a profité de l’occasion pour narguer les gouvernements précédents, arguant que “le problème des terres soulalyates a attendu pendant plus d’un siècle un gouvernement dirigé par la lumière de la lampe [en référence au logo du PJD, NDLR] pour être résolu”.

Il a ajouté que les gouvernements précédents avaient échoué dans la résolution de bon nombre de problèmes, qui ont ainsi été traînés au fil des primatures, et déclaré : “Notre confiance en Allah et notre travail basé sur une approche collaborative avec le reste des composantes du gouvernement a permis de réformer le Dahir des terres soulalyates de 1919.”

Miroir, miroir

Continuant dans sa lancée d’autocongratulations, le secrétaire général du parti à la lampe a vanté les mérites des élus PJDistes : “Les membres du bureau du PJD sont des personnes qui placent les intérêts de la nation au-dessus de tout intérêt partisan. Ce sont des personnes dont la majorité vient du ‘Maroc profond’, de vrais militants oulad chaâb [fils du peuple, NDLR] qui ont grandi dans des familles pauvres et de la classe moyenne, qui ont travaillé sans relâche et qui ont pu réussir.”

D’après lui,le Maroc n’a jamais connu un gouvernement qui appliquait des programmes à caractère social autant que celui-ci”, considérant que tous les programmes sociaux avaient connu “une nette amélioration” depuis qu’El Othmani II tient les rênes du pays.

Le chef du gouvernement s’est également plaint des rumeurs qui planaient sur son gouvernement. Il a démenti les allégations sur la suppression des subventions sur les bouteilles de gaz en insistant : “C’était inventé de toute pièces”, avant de rappeler que le gouvernement avait dédié 14 milliards de dirhams dans le budget de 2020 aux subventions pour les produits de première nécessité.

Le chef du gouvernement a également loué la résilience du PJD face aux difficultés. “Ceux qui font obstacle au PJD — sur le plan politique ou sur le plan de l’administration — ne font pas attention à une chose. C’est que plus ce parti est pris pour cible, mis sous pression, asphyxié, plus la moisson des votes lors des élections est édifiante. Le citoyen marocain est intelligent et il a la capacité de discernement pour savoir qui gêne l’action politique et qui travaille et produit pour l’intérêt de la nation”, s’est-il enjoué.

Allah ! Al Watan ! Al Malik !

Le chef du gouvernement s’est également prononcé sur l’outrage au drapeau marocain en affirmant l’attachement de son parti aux sacralités du pays. “Premièrement, nous sommes musulmans et la réforme que nous entreprenons se fait dans le cadre des principes et des constantes religieuses et de la nation en premier lieu, a-t-il prêché avant de poursuivre : Le roi est sur nos têtes parce qu’il sert le pays. Il est très probable que j’aie vu des choses que beaucoup n’ont pas vues, qui témoignent de sa fidélité et de son amour pour le pays. Nous ne ferons jamais de compromis sur ces trois éléments : religion, nation et royauté.”

El Othmani, qui intervenait lors d’une rencontre organisée samedi 16 novembre à Marrakech par les femmes PJDistes à l’occasion du lancement du projet Tamkine d’autonomisation des femmes, a également étayé son discours sur les sacralités en remettant en cause les “appels récurrents qui prétendent que le renforcement des capacités des femmes passe par un dépassement des constantes religieuses et la permissivité de l’illicite”.

Le retour des crocodiles

El Othmani a également utilisé l’expression célèbre de son prédécesseur en se plaignant des “crocodiles”. Il a ainsi argumenté que les handicaps auxquels fait face le président de la commune de Swihla étaient dus “aux crocodiles à ses trousses”.

Saâd Eddine El Othmani a saisi l’occasion d’interpeller ses adversaires en dehors et au sein du parti, pour les inciter à se focaliser sur le service du citoyen au lieu de se concentrer sur les élections de 2021 : “Je demande à ceux qui font des élections de 2021 leur seul sujet de discours, d’abandonner cette affaire et de se concentrer sur le service du pays.”

Dans sa lancée, il a abordé le “le vandalisme” du PAM au sein du conseil de la ville de Rabat, déclarant que le parti du tracteur empêchait plusieurs projets de développement d’aboutir au sein de la capitale. “Si le PJD faisait la même chose dans les conseils où il porte la casquette de l’opposition, cela gênerait l’ensemble des projets de développement du pays”, a-t-il tancé avant de poursuivre en s’adressant au PAM : “Si vous vous comportez de la sorte alors que vous êtes une minorité, qu’adviendra-t-il le jour ou vous deviendrez majoritaire ?”

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Le texte adopté par la Chambre des représentants

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.