Sur la place du Trocadéro, la contre-manif' après “l'outrage au drapeau” marocain

Sur la place du Trocadéro, la contre-manif' après “l'outrage au drapeau” marocain

Ils étaient plusieurs centaines de Marocains, ce 11 novembre sur la place du Trocadéro à Paris, à s’être réunis à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche Verte. Un rassemblement aux allures de contre-manifestation pour brandir le drapeau national, en réponse à un rassemblement de la diaspora marocaine en Europe, le 26 octobre, qui avait vu l’embrasement d’un drapeau par une frange séparatiste rifaine.

Par

Rassemblement et manifestations des Marocains en Europe, à l’initiative de l’Association Dynamic Maroc en collaboration avec plusieurs organisations de la société civile de France, à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche Verte, sous le signe de "l’Union de tous les Marocains et de toutes les Marocaines" pour dénoncer avec force la profanation du drapeau, survenue le 26 octobre dernier lors d'une marche à Paris. Crédit: MAP

Une réaction contre l’atteinte à un symbole national sur le sol français. La cause a paru suffisamment importante pour que quelques centaines de Marocains prennent place, drapeau chérifien fièrement exhibé, sur l’emblématique place parisienne du Trocadéro, face à la tour Eiffel.

Un rassemblement sous le signe de “l’UNION (sic) de tous les Marocains et de toutes les Marocaines sous les couleurs de notre drapeau national, brûlé par une poignée d’irresponsables lors d’une marche à Paris le 26 octobre”, mentionnait un communiqué des organisateurs.

à lire aussi

A l’initiative de l’association Dynamic Maroc, avec le soutien d’autres associations, l’évènement visait à commémorer la Marche Verte 44 ans après, mais aussi montrer une désapprobation après les événements survenus lors d’une marche de la diaspora rifaine, entre Bastille et République.

Initié le 30 octobre, quelques jours après l’embrasement du drapeau marocain par une militante rifaine, place de la République le 26 octobre, à la fin d’une marche pour commémorer les trois ans de la mort de Mohcine Fikiri à Al Hoceima.

“Le drapeau coule dans nos veines”

Une contre-manifestation donc, et un mot d’ordre vertement affiché...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

L'écrivain et réalisateur franco-afghan Atiq Rahimi fait son cinéma

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.