Street art, des îles de la Lune à Casablanca

L’artiste franco-comorien Socrome a réalisé une fresque monumentale près du rond-point Oulmès à Casablanca, aux côtés de pointures du street art africain. Rencontre.

Par

La fresque de l’artiste Socrome, représentant sa mère, à Casablanca. Crédit: MAÏNE ALLOUI / TELQUEL

A quelques pas du rond-point Oulmès, des grands du street art africain — Kraft du Sénégal, Ser d’Algérie, Mohawudu du Ghana, Sitou du Togo et Nofal d’Egypte — ont eu carte blanche pour s’exprimer sur des façades d’immeubles de Casablanca, dans le cadre de la 4e édition du festival Casamouja organisé par WeCasablanca, la semaine du 23 octobre. Sur l’une d’elles, le visage rayonnant d’une femme, d’un réalisme troublant, les yeux tournés vers le ciel et les paraboles de l’immeuble. Elle, c’est la mère de l’artiste Socrome, venu des îles Comores, aussi surnommées les îles de la Lune.

De soi à Casablanca

“Je n’aurais pas pu dessiner ma mère dans une ville où je ne me sens pas bien”

Socrome
Ce n’est pas la première fois que Hakim Idriss alias Socrome vient à Casablanca, une ville qu’il apprécie particulièrement, ayant déjà eu l’occasion d’y peindre et nouer des liens avec des artistes de la ville. “Je n’aurais…

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus