Discours de la Marche Verte : Mohammed VI veut donner un rôle central à la région Souss-Massa

Discours de la Marche Verte : Mohammed VI veut donner un rôle central à la région Souss-Massa

Dans son discours prononcé à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche Verte, le roi Mohammed VI a appelé au développement d’infrastructures pour la région Souss-Massa qui peut faire office de hub économique pour le royaume, selon le souverain.

Par

MAP

Le roi Mohammed VI a prononcé un discours le 6 novembre à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche Verte. Voici le texte intégral :

“Louange à Dieu, Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Cher peuple,

La Marche Verte a été et restera le symbole absolu de la symbiose qui unit indissolublement le Trône et le peuple.

Elle est la preuve, s’il en est besoin, qu’ensemble, le Roi et le peuple du Maroc sont capables de relever les défis auxquels la Nation peut être confrontée.

L’élan qui, en 1975, a rendu possible la récupération du Sahara se perpétue aujourd’hui encore, et c’est toujours l’esprit impérissable de la Marche Verte qui nous anime quand nous nous engageons à mener à bonne fin le développement de toutes les régions du Royaume.

Nous nourrissons la même ambition pour Nos Provinces du Sud qui constituent un véritable trait d’union entre le Maroc et le reste de l’Afrique sur les plans géographique, humain et économique.

Cher peuple,

Sur la Marocanité du Sahara, le Maroc a toujours affiché une position claire, inspirée par une foi inébranlable dans la justesse de sa Cause et la légitimité de ses droits.

C’est, donc, avec sincérité et bonne foi qu’il continuera à œuvrer, conformément au processus politique exclusivement onusien et aux résolutions du Conseil de sécurité, pour parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique et consensuelle.

Sérieuse, crédible, judicieuse dans ses orientations, l’Initiative d’autonomie constitue la traduction concrète de la solution recherchée. En effet, elle est la seule voie possible pour parvenir à un règlement du conflit, dans le respect total de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume.

Cette perspective s’est renforcée du fait qu’un nombre sans cesse croissant de pays (pour être plus précis 163 à ce jour) ne reconnaissent pas l’entité fictive de la RASD.

L’Initiative d’autonomie est également confortée par les partenariats et les accords qui lient les grandes puissances ainsi qu’un certain nombre de pays frères et amis à notre pays et qui couvrent toutes ses régions, y compris les Provinces du Sud.

Cher peuple,

Grâce à la Marche Verte, le Maroc a recouvré ses Provinces du sud.

Depuis, la carte du Maroc a bien changé. Pourtant, nous n’en assimilons pas toujours exactement sa configuration qui situe Rabat à la pointe nord du pays, et Agadir en son centre.

En effet, Agadir se trouve quasiment à équidistance de Tanger et des Provinces sahariennes.

Aussi, il est inconcevable qu’en dépit de la centralité géographique de la Région d’Agadir, en dépit de ses ressources, de ses potentialités, certaines infrastructures de base s’arrêtent à la hauteur de Marrakech.

Par conséquent, Nous appelons à une réflexion sérieuse sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, en envisageant la perspective d’une extension ultérieure au reste des Provinces du sud.

Nous préconisons aussi le développement du réseau routier que nous renforçons d’ores et déjà par la mise en place de la voie express Agadir-Dakhla.

Cette ligne contribuera non seulement au désenclavement de l’ensemble de la région, mais surtout à son développement et à son essor économique, en dynamisant notamment le transport des personnes et des marchandises et en apportant un soutien aux secteurs économiques en général, aux activités d’export et au tourisme en particulier.

Ce projet d’infrastructure ferroviaire constituera enfin un levier essentiel pour la création de nombreux emplois, non seulement dans la Région de Souss, mais aussi dans toutes les zones avoisinantes.

En effet, la région de Souss-Massa doit devenir un pôle économique reliant les parties septentrionale et méridionale du Maroc, en opérant la jonction entre Tanger au Nord et Oujda à l’Est d’une part, et Nos provinces sahariennes d’autre part. Cette orientation s’inscrit dans le cadre de la Régionalisation avancée, pensée dans l’esprit d’une répartition équitable des richesses entre les Régions du Royaume.

Le Maroc que Nous appelons de nos vœux doit être édifié dans un esprit d’harmonie et de complémentarité entre ses régions. Par ailleurs, chacune doit pouvoir bénéficier équitablement des infrastructures et des grands projets, nécessairement profitables à l’ensemble du pays.

Le développement régional doit être fondé sur la coopération entre les régions et sur leur complémentarité. Chacune d’elles doit, selon ses potentialités et ses spécificités, disposer d’une grande zone dédiée aux activités économiques.

Il importe, également, de mettre en œuvre les politiques sectorielles au niveau régional.

A cet égard, Nous soulignons que la dynamique nouvelle, que Nous avons lancée au niveau des institutions de l’Etat, du gouvernement et de l’Administration, devra, aussi, être déclinée à l’échelle régionale.

Cher peuple,

Notre souci d’assurer un développement équilibré et équitable, profitant à toutes les régions du Royaume n’a d’égal que Notre engagement à établir des relations saines et solides avec les Etats maghrébins frères.

De fait, au regard des opportunités et des enjeux qu’elle recèle, la situation actuelle dans la région et dans l’espace méditerranéen sollicite notre attention et nous incite à entreprendre une action constructive. En effet :

  • D’une part, la jeunesse maghrébine exige de nous la mise en place d’un espace ouvert, propice à l’interaction et à l’échange ;
  • D’autre part, le secteur des affaires requiert que lui soient assurées des conditions favorables à son développement ;
  • De même, nos partenaires, Européens en particulier, ont besoin d’un associé efficace ;
  • Quant à nos frères d’Afrique subsaharienne, ils attendent que nos pays contribuent à réaliser les programmes et à relever les défis majeurs dans le continent ;
  • Enfin, nos frères arabes désirent voir le Grand Maghreb s’associer à l’édification d’un nouvel ordre arabe.

Les espoirs et les attentes sont énormes ; les défis sont nombreux et complexes. Mais, on peut déplorer que certains n’en mesurent pas l’importance.

En vérité, notre ennemi commun réside dans l’immobilisme et le faible niveau de développement que connaissent encore nos cinq peuples.

Cher peuple,

Le Sahara marocain constitue le portail du Maroc vers l’Afrique subsaharienne.

Depuis Notre accession au Trône, Nous avons inscrit notre Continent au cœur de notre politique extérieure. Ainsi, Nous avons effectué de nombreuses visites dans ses différents pays et conclu avec eux près de mille accords couvrant tous les domaines de coopération.

Cette orientation a porté ses fruits puisque le Maroc occupe désormais, une place de choix en Afrique, dans les domaines économique, politique, culturel et religieux.

Bien plus, Nous sommes déterminé à ériger le Maroc en acteur clé de la construction de l’Afrique de demain.

Notre ambition est également d’accroître le niveau des échanges commerciaux, ainsi que le volume des investissements marocains à l’échelle du Continent. Il s’agit, in fine, d’amorcer une étape nouvelle, sur la base d’intérêts mutuellement bénéfiques.

Pour atteindre ces objectifs, le Maroc devra honorer ses engagements et continuer à consolider sa présence en Afrique.

Cher peuple,

Nous sommes tous concernés quand l’enjeu est de préserver l’unité nationale et l’intégrité territoriale, de promouvoir le développement global à l’échelle du pays tout entier.

Il nous appartient, en outre, de raffermir sans cesse les relations humaines, économiques et politiques qui lient le Maroc aux pays africains.

Le moment est propice pour réaffirmer notre attachement au serment de la Marche Verte, et notre fidélité à la mémoire immaculée de son Artisan, Notre Vénéré Père, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde, ainsi qu’à toutes les âmes éprises de liberté, à ces Marocains qui ont consenti bien des sacrifices pour la liberté et le progrès du Maroc, pour son unité, sa sécurité et sa stabilité.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh.”

 

(Avec MAP)

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

A Midelt, plusieurs maisons touchées mais pas de victime après le séisme du 17 novembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.