La charge misogyne d'Ahmed Raïssouni contre les militantes des libertés individuelles

La charge misogyne d'Ahmed Raïssouni contre les militantes des libertés individuelles

Le président de l’Union internationale des oulémas musulmans a livré un violent réquisitoire contre les militantes des libertés individuelles, poussant sa nièce Hajar Raïssouni à prendre ses distances avec ses propos.

Par

Ahmed Raissouni, président de l'Union mondiale des oulémas musulmans.

Oui, je suis pour les libertés individuelles”. C’est sous ce titre qu’Ahmed Raïssouni a publié un billet sur son site personnel, puis sur Howiyapress.com, le 19 octobre. Site d’information arabophone généraliste, il s’agit également du canal d’information officieux du Mouvement unicité et réforme (MUR), dont il fut l’un des fondateurs en 1996 et président jusqu’en 2003. Quelques jours après la grâce royale accordée à sa nièce, la journaliste Hajar Raïssouni — condamnée trois semaines plus tôt à un an de prison ferme pour “avortement illégal” et “relations sexuelles hors mariage” —, le président de l’Union internationale des oulémas musulmans a livré, derrière ce titre trompeur, un violent réquisitoire contre les militants des libertés individuelles, et particulièrement “certaines” femmes.

à lire aussi

Selon lui, il existe “deux catégories d’ennemis et adversaires des libertés individuelles”. La première, ce sont “ceux qui les déforment et les futilisent”. Il s’agit, d’après lui, de “ceux qui ont réduit les libertés individuelles aux pratiques contre-nature et autres actes ignobles tels que le zina [fornication], l’homosexualité et l’adultère. […] Certains y ajoutent l’ivresse publique et le dé-jeûner exhibitionniste pendant le mois de Ramadan”.

 

La militante et cofondatrice du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI) Ibtissame Lachgar, brandissant une pancarte : « Oui, j’ai des relations sexuelles et j’ai déjà avorté. Liberté. »

Plus loin, Ahmed Raïssouni s’en prend violemment aux militantes qui ont affiché leur soutien à Hajar Raïssouni devant le Parlement. “Nous avons récemment vu certaines femmes perdues soulever des pancartes sur lesquelles elles déclarent avoir pratiqué le sexe et l’avortement haram. C’est ainsi qu’elles ont été endoctrinées. Pourtant, leur mauvais état indique qu’elles n’accéderont ni au sexe haram ni au sexe halal”, écrit-il, ajoutant qu’elles “n’ont pu trouver le chemin du sexe sacré et se sont affolées uniquement pour le sexe profane”.

Le premier étant “une liberté réelle et responsable, un plaisir et un bonheur, une sécurité et une stabilité ainsi qu’un amour et une fidélité, mais par-dessus tout la bénédiction de Dieu et sa récompense”, alors que le second n’est que “plaisir détourné, tromperie, maladies transmissibles qui débouchent généralement sur un assassinat, un suicide ou une maladie mortelle, et par-dessus tout la colère de Dieu et son châtiment”. La seconde catégorie des “ennemis des libertés individuelles” serait, selon ses mots, “ceux qui l’interdisent injustement”, prenant pour exemple “les pays qui interdisent aux gens d’exprimer leurs positions et leurs idées”.

La réaction de Hajar Raïssouni

Cette prise de position n’a pas laissé indifférente Hajar Raïssouni qui, par le biais d’un post Facebook publié dans la nuit du 20 au 21 octobre, a tenu à prendre ses distances avec les propos de son oncle. “Le docteur Ahmed Raïssouni est une personnalité fondamentaliste, ses positions vis-à-vis des libertés ne sortiront pas du cadre théorique et idéologique dans lequel il baigne, que je sois en prison ou en dehors”, a-t-elle écrit, assurant qu’il “gardera les mêmes positions et ne deviendra pas un libéral pour [ses] beaux yeux”.

Hajar Raïssouni se dit “surprise de voir certaines personnalités indépendantes associer [son] nom à celui du Dr Ahmed Raïssouni dans leur critique de la prise de position de ce dernier sur les libertés individuelles”. Et d’ajouter : “Tout le monde sait que je ne la partage pas.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

A Midelt, plusieurs maisons touchées mais pas de victime après le séisme du 17 novembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.