Libertés individuelles, une brèche dans le MUR

La sortie de Abderrahim Chikhi, président du Mouvement unicité et réforme (MUR) 
sur les libertés individuelles a donné l’impression d’une inflexion de l’organisation islamiste à propos de cette question. Décryptage.

Par

Le président du MUR, Abderrahim Chikhi, a enchaîné propos polémiques sur la légalité des relations sexuelles, hommage à la laïcité, et une dénonciation de l’instrumentalisation des lois, lors d’une conférence à Rabat, le 11 octobre. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Le Mouvement unicité et réforme organisait le 11 octobre à Rabat une “conférence scientifique” sur le thème de “la controverse des libertés individuelles dans les sociétés islamiques”. En s’introduisant dans le débat public autour du sujet, le MUR reconnaissait que “la question des libertés individuelles est désormais urgente et non pas secondaire”, selon les mots de Abderrahim Chikhi, le président de la matrice idéologique du PJD.

“La pensée islamique doit se libérer de plusieurs acquis. La doctrine, le droit et la sociologie doivent prendre en compte la réalité pour présenter une jurisprudence moderne”

Abderrahim Chikhi, président du MUR
Dans son intervention, il a enchaîné propos polémiques sur la légalité des relations sexuelles, hommage à la laïcité, et une dénonciation de l’instrumentalisation des lois régissant les rapports sexuels entres hommes et femmes. “La pensée islamique doit se libérer de plusieurs acquis. La doctrine, le droit et la sociologie doivent prendre en…

article suivant

Lyautey, le royaliste