Hubert Haddad raconte les enfants du chaos

Histoire. Dans un foisonnant roman, Hubert Haddad revient sur la figure de Chaim Rumkovski, placé par les nazis à la tête du ghetto de Lodz.

Par

Hubert Haddad, Prix des Cinq continents de la francophonie pour Palestine (2007), est l’auteur d’une trentaine de romans, d’essais, de recueils de nouvelles et de poèmes. Il dirige la revue Apulée. Crédit: Nemo Perier Stefanovitch

C’est avec des gens irréprochables qu’on asservit un pays”, déclare avec une lucide amertume le professeur Glusk en présentant sa démission à Chaim Rumkovski, directeur de l’orphelinat d’une petite ville près de Lodz, en Pologne, qui croit que son institution est protégée de la Gestapo et prend l’inquiétude de son interlocuteur pour une “marotte”. Irréprochable, du point de vue des nazis. Car c’est cet homme, autoritaire, obtus, prompt à la fulmination qui sera nommé par les nazis chef des autorités juives du ghetto de Lodz, vieux quartier pauvre et insalubre dont le nombre d’habitants est multiplié par dix car toute la population qui n’a pu s’exiler y est parquée. Il s’y illustre par son obsession de mettre au travail les gens : “Le travail est la condition vitale de l’homme dans les conditions actuelles, et particulièrement du juif !”, clamait-il. Pensait-il vraiment les sauver? De fait, il réduira la population en esclavage au service du Reich. En…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc