Les enseignants-cadres des AREF reprennent leur mouvement de grève

Les enseignants-cadres des AREF reprennent leur mouvement de grève

Le conseil national de la Coordination nationale des enseignants contraints à contracter (CNECC) a annoncé, le 15 octobre, une grève nationale de 48 h prévue les 23 et 24 octobre prochains.

Par

Marche des enseignants contractuels, en avril dernier.

Le bras de fer entre les enseignants-cadres des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF) et les académies régionales recommence. Suite à la réunion de son conseil national, tenue le 13 octobre à Rabat, la Coordination nationale des enseignants contraints à contracter (CNECC) a annoncé une grève nationale de deux jours, à partir du 23 octobre. La cause ? “La gestion déraisonnable des ressources humaines par les différents AREF et par le ministère de l’Education nationale, surtout que le redéploiement des enseignants a été entaché par d’innombrables infractions”, précise le communiqué de la CNECC, diffusé le 15 octobre.

à lire aussi

Les contestataires dénoncent la non-affectation des classes aux nouveaux enseignants, alors que le nombre d’élèves connaît une hausse fulgurante dans certains établissements scolaires, indique le communiqué. La Coordination affirme également que le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi, n’a pas respecté des engagements du 13 avril, essentiellement en ce qui concerne la suppression des examens de qualification professionnelle.

Les enseignants-cadres des AREF réitèrent leur refus du recrutement régional dans le cadre des statuts des AREF. Ils appellent ainsi le ministère à les intégrer dans les statuts de la fonction publique, seule issue pour rétablir une paix sociale plus durable dans ce secteur stratégique.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Affaire Touria : le semsar, deux policiers et un autre suspect devant la justice

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.