Radicalisation : M'jid El Guerrab ironise au nez et à la barbe du ministre de l'Intérieur français

Radicalisation : M'jid El Guerrab ironise au nez et à la barbe du ministre de l'Intérieur français

Devant des députés français le 8 octobre, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a donné une liste de signaux caractérisant une radicalisation religieuse, dont le port de la barbe. Un propos sur lequel a ironisé le député franco-marocain M'jid El Guerrab.

Par

M'jid El Guerrab, député de la 9ème circonscription des Français établis hors de France. Crédit: LCP / Capture

La barbe. Moins d’une semaine après l’attaque de la préfecture de Paris, perpétrée par un fonctionnaire de police radicalisé ayant tué quatre de ses collègues le 3 octobre, l’Islam, s’il l’avait quitté, refait surface dans le débat national hexagonal.

En chef de file, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, auditionné par la commission des Lois de l’Assemblée nationale le 8 octobre, a ouvert la porte à une traque de “chaque signe de radicalisation religieuse”.

Sous le feu des critiques depuis l’attaque, le locataire de l’hôtel de la place Beauvau a listé pendant de longues minutes les différents éléments indiquant une liste (non-exhaustive) d’éléments attestant d’un changement de comportement : “Une pratique religieuse rigoriste, particulièrement exacerbée en matière de ramadan” ou encore un “changement de comportement dans l’entourage”, “le fait d’accepter de faire la bise ou non” et le simple “port de la barbe”.

Une liste qui a barbé le député franco-marocain, M’jid Guerrab. L’élu de la 9e circonscription des Français établis hors de France a pris la parole en séance pour rappeler que “pendant le ramadan, il y a une pratique un peu plus forte de la religion puisque le soir, tous les musulmans qui sont un peu pratiquants se rendent à la mosquée pour prier et font des séries de prières qui s’appellent les tarawih”.

Et de faire montre d’ironie : “Je constate que vous avez une barbe vous-même, si vous étiez musulman, j’espère que vous ne seriez pas signalé”.

A la suite de ces propos sur la détection des signes de radicalisation, de nombreuses critiques ont plu sur Christophe Castaner. Notamment sur les réseaux sociaux où un hashtag “#Signaletonmusulman” est rapidement devenu populaire, tournant en ridicule la sortie du ministre. Des railleries et traits d’humour que ce dernier a jugés “méprisables”.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Affaire Touria : le semsar, deux policiers et un autre suspect devant la justice

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.