Gouvernement: le remaniement fait pschitt

Nous vous l’annoncions il y a quelques semaines, en titrant “A quoi bon”. Le casting du nouveau gouvernement nous a donné raison. Le “sang neuf” promis est sans neuf, sans surprises, sans espérance. Le changement, ce n’est pas maintenant.

Par

Mohammed VI entouré du nouveau gouvernement, au palais royal de Rabat, le 
9 octobre. Crédit: MAP

Plus de deux mois après son annonce lors du vingtième discours du trône, prononcé le 29 juillet dernier, le remaniement tant attendu a enfin eu lieu. Ce 9 octobre au palais de Rabat, le souverain a reçu la nouvelle équipe de Saâd-Eddine El Othmani. Une équipe resserrée dont l’accouchement s’est fait dans la douleur, après un feuilleton truffé de rebondissements, dont le dernier épisode marquant a été le retrait des “camarades” du PPS de Nabil Benabdallah, après plus de 20 ans de participation à la coalition gouvernementale.

Une “restructuration” sans neuf

“C’est sans doute le gouvernement le plus tassé de toute l’histoire du Maroc”

Un ministre reconduit
Comme attendu, le gouvernement est amputé de près du tiers: aux côtés du Chef du gouvernement, 23 ministres forment la nouvelle équipe gouvernementale. Parmi eux, 17 membres de l’ancienne équipe ont été reconduits…

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus