Hajar Raissouni: ça suffit!

Les jugements rendus dans le procès de Hajar Raissouni mettent en avant la nécessité d’abroger des lois liberticides qui font peser une épée de Damoclès sur chacun de nous et se prêtent à toutes les instrumentalisations.

Par

Telquel

Il est 18h05, ce 30 septembre. Après quatre heures d’attente et d’expectative, le juge Abdenbi Rguig annonce son verdict moins d’une minute après avoir rejoint sa chaise, dans la salle n°1 du Tribunal de première instance de Rabat. La sentence de Mohamed Jamal Belkziz, le gynécologue accusé d’avoir pratiqué un avortement sur la journaliste Hajar Raissouni, est la première à tomber. La peine est lourde: deux ans de prison ferme et deux ans d’interdiction d’exercer la médecine après sa sortie. Le sort des quatre autres prévenus du procès est du même tonneau. Reconnue coupable d’avortement et de relations sexuelles hors mariage, Hajar Raissouni écope d’un an de prison ferme, tout comme son fiancé Amine Rifâat. L’anesthésiste Mohamed Baba est condamné à un an de prison avec sursis et la secrétaire médicale, Khadija Azelmat, à huit mois avec sursis. L’annonce des verdicts est suivie d’un…

article suivant

Ce qu'il faut savoir sur l'affaire Soulaimane Raissouni