Zakaria Boualem, l'avortement et la grenouille

Par Réda Allali

L’avortement est une question sérieuse, les amis. Poser des lois autour de cette opération implique une quantité importante de débats de haut vol. Il faut écouter les médecins, les gens de loi, les gens de foi, et tout simplement les gens, pour encadrer cette affaire. Il faut déterminer ce qu’est la vie, la responsabilité, mettre tout cela en équation, anticiper les dérives, imaginer tous les cas et, finalement, produire un texte humain sur la question. Pour parvenir à un résultat respectable, il est évident qu’on ne peut pas se contenter d’arguments simplistes du genre “impossible, c’est haram, vous êtes des mécréants” et autres “je fais ce que je veux, c’est mon corps, vous êtes des obscurantistes”. Autrement dit, c’est bien le genre de débat qui dépasse largement les capacités de Zakaria Boualem, voilà la vérité. Il n’a pas les idées très claires à ce sujet et, hamdoullah, personne ne lui a demandé son avis, telle est la sagesse de notre glorieux système.

Réda Allali
“Le fait qu’une loi ne soit pas respectée par une large proportion de la population n’est…

article suivant

Les maux de l'ONSSA décortiqués par la Cour des comptes