Tous en liberté provisoire

Tous en liberté provisoire

Par Fatym Layachi

Les vacances te semblent bien loin. Le temps des siestes et des bulles est vraiment révolu. C’est surtout cette insouciance qui te semble tellement loin. La rentrée est pour le moins déplanante. Les nouvelles sont au mieux déprimantes ou sinon totalement angoissantes. Le 31 août dernier, la fin de la récré a sonné. Hajar Raissouni, 28 ans, a été arrêtée alors qu’elle sortait du cabinet de son gynéco.

Ce qu’elle faisait chez le médecin ne te regarde absolument pas. Ni toi, ni le législateur, ni les médias. Et pourtant sa vie est étalée. Elle a été arrêtée pour “avortement illégal”, “débauche” et “relations sexuelles hors mariage”. Elle risque jusqu’à deux ans de prison selon le Code Pénal. C’est surréaliste, révoltant, aberrant.

L’existence même de ces lois est une aberration. L’année dernière, 14.503 personnes ont été poursuivies pour débauche, 3048 pour adultère, 170 pour homosexualité et 73 pour avortement. Plus de 600 avortements sont pratiqués tous les jours dans le plus beau pays du monde. La plupart du temps dans des conditions hygiéniques allant du douteux au dangereux. C’est révoltant et...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Les maux de l'ONSSA décortiqués par la Cour des comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.