Mohamed Trafeh, un coach hors compétition

Entre le Maroc et les Etats-Unis, Mohamed Trafeh a eu un parcours de champion semé d’embûches, avant de se consacrer au coaching personnel dans son pays natal. Aujourd’hui, il booste les performances physiques des happy few de la métropole.

Par

De Benslimane à Los Angeles

Sortir de la petite ville de Benslimane et s’adapter au rythme de vie de l’une des plus importantes villes des Etats-Unis, c’est un défi en soi. Mohamed Trafeh — “Mo” pour les intimes — l’a fait, mais non sans difficultés. Il était continuellement victime du racisme de certains collégiens à Los Angeles, où il s’installe à 14 ans avec sa mère. Mis à l’écart, le “vilain petit canard” trouve refuge dans le sport. “J’étais la cible des moqueries, mais un jour j’ai accompagné mon voisin à un stade de sport non loin de la maison. J’ai attaqué la piste avec à l’esprit les Guerrouj et Aouita qui ont fait la fierté des Marocains”, nous confie Mohamed Trafeh. Mais sa première course n’est pas glorieuse. Il termine bon…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc