Emission d’un milliard de dollars: est-ce le bon moment de s'endetter (davantage)?

A quatre mois de la fin de l’exercice 2019, la sortie à l’international du Maroc n’a toujours pas été réalisée. Alors que les pays de référence, comme la France, s’endettent 
à des taux négatifs, le royaume devrait-il en profiter, quitte à aggraver la dette publique ?

Par

Mohamed Benchaâboun, ministre des Finances, entouré de Noureddine Boutayeb, ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, et Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib. Crédit: MAP

C‘est une sortie à l’international qui se fait attendre. Prévue par la Loi de Finances 2019, la levée de près d’un milliard de dollars à l’international n’a toujours pas été réalisée. Cette opération devait être menée “dès que les conditions le permettront au cours de cette année”, avait déclaré le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun, dans un entretien avec Bloomberg le 7 avril dernier. Alors que la France vient de réaliser la semaine dernière une levée record de plus de 10 milliards d’euros à un taux négatif (-0,36% à dix ans), le royaume ne devrait-il pas profiter de cette conjoncture exceptionnelle pour s’endetter à son tour sur les marchés financiers internationaux ?

Question d’agenda

“Le calendrier dépend de beaucoup de facteurs. C’est vrai que les taux actuels peuvent être intéressants, mais il y a plusieurs autres…

article suivant

Tarik Kabbage: "L'Alternance était un moment difficile pour lui"