Irrigation : Pourquoi l'alternative au gaz est freinée?

Irrigation : Pourquoi l'alternative au gaz est freinée?

Pour assurer l’irrigation de leurs cultures, les agriculteurs ont majoritairement recours au gaz butane subventionné. Le préjudice subi par la Caisse de compensation serait de 5 milliards de dirhams. Enquête.

Par

L’irrigation d’un champ de plusieurs dizaines d’hectares réclame d’importantes quantités de gaz. Crédit: DR

On a laissé fleurir une pratique inacceptable. Cela revient à détourner l’argent de la caisse de l’État !” Au téléphone, le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, n’y va pas par quatre chemins. Vous avez peut-être aperçu, au niveau de Settat, ces bonbonnes de gaz qui, comme de grosses pastèques bleues, parsèment les cultures maraîchères qui courent le long de l’autoroute… C’est que pour baisser leurs coûts de production, les agriculteurs ont trouvé une combine infaillible. Le tour consiste à se procurer un moteur de voiture pour un prix modique, généralement récupéré sur une vieille Renault 25. Ensuite, il suffit d’y placer un adaptateur d’importation pour que le moteur gasoil se mette à tourner au gaz butane.

Une fois trafiqué, l’engin est couplé à une ou plusieurs grappes de bonbonnes de gaz qui fournissent l’énergie nécessaire pour actionner la pompe, qui tire l’eau du puits. De cette façon, l’agriculteur parvient à réduire considérablement le coût d’irrigation de son champ, le gaz butane coûtant trois fois moins cher que le gasoil. Si la technique paraît astucieuse,...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Incendies en Amazonie: Bolsonaro, seul contre tous

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.