Education: des intellectuels disent oui au français

Education: des intellectuels disent oui au français

Les surenchères politiciennes autour d’une réforme clef de l’éducation, menacent encore une fois de plomber l’avenir d’une génération entière. Assez !

Par et

Telquel

Il y a près de soixante ans, l’historien Charles André Julien, alors doyen de la Faculté des lettres de Rabat, tirait déjà la sonnette d’alarme sur les effets pernicieux de l’arabisation, encore à ses balbutiements. En novembre 1960, celui que l’on qualifiait de “conseiller occulte de Mohammed V” claquait la porte de la faculté et du Maroc, non sans nous laisser une pièce à conviction sur les desseins des chantres de l’arabisation tous azimuts.

“On prône la culture arabe, mais on se bat aux portes de la Mission pour obtenir des places dans des établissements français”

L'historien Charles André Julien en 1960

On prône la culture arabe, mais on se bat aux portes de la Mission pour obtenir des places dans des établissements français. Le résultat apparaîtra d’ici peu d’années, il y aura au Maroc deux classes sociales : celle des privilégiés qui auront bénéficié d’une culture occidentale donnée avec éclat et grâce à laquelle ils occuperont les postes de commande et celle de la masse cantonnée dans les études d’arabe médiocrement organisées dans les conditions actuelles et qui...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Les six albums référence du soulman britannique Michael Kiwanuka

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.