Les diplômés chômeurs non voyants occupent l'annexe du ministère de la Solidarité

Les diplômés chômeurs non voyants occupent l'annexe du ministère de la Solidarité

Depuis le 12 mars, des membres de la Coordination nationale des non-voyants diplômés chômeurs occupent le siège de l’annexe du ministère de la Solidarité à Rabat. Ils réclament notamment l'intégration des personnes en situation de handicap dans la fonction publique.

Par

Sit-in de la coordination des non-voyants diplômés chômeurs. Crédit: DR

Depuis le 12 mars, seize membres de la coordination nationale des non-voyants diplômés chômeurs occupent le siège de l’annexe du ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social à Rabat. Ils réclament leur intégration dans la fonction publique.

Nous donnons aux autorités concernées trois jours pour trouver une solution décente, sinon nous serons obligés de passer à la vitesse supérieure de la contestation. Nous avons de l’essence, une bonbonne de gaz et nous ne reculerons devant rien pour faire valoir nos droits”, nous explique avec résignation Houcine Adallal, membre de la coordination, présent sur place. Si Alyaoum24 affirme que la police “a délogé” les manifestants le 13 mars au soir, notre interlocuteur dément. “Nous sommes toujours sur place”, nous confirme-t-il.

Bras de fer

Un agent d’autorité de la circonscription de l’Agdal-Hay Riad a bien tenté une médiation, mais les protestataires n’en démordent pas. “Nous n’allons pas quitter les lieux, car cela fait des années que nous sommes pris en otage par des responsables qui n’ont aucune considération pour nous. Nous avons déjà rencontré l’ancien wali, les parlementaires et Bassima Hakkaoui et qu’est-ce que ça a donné ? Rien!”, s’insurge Houcine Adallal en brandissant le quota de 7 % dans la fonction publique réservé aux personnes en situation de handicap.

Pour sa part, le département de Bassima Hakkaoui estime que l’occupation de son annexe est “inadmissible”. Dans un communiqué diffusé ce 13 mars, le ministère de la Solidarité parle de onze occupants uniquement et accuse les manifestants d’avoir agressé un agent de sécurité et des fonctionnaires de l’annexe lors de leur assaut.

Munies d’une petite bonbonne de gaz, ces personnes ont aspergé certains fonctionnaires de l’annexe de produits inflammables en les menaçant de mettre le feu. Semant la panique et la peur dans les rangs des employés, certaines se sont même évanouies”, peut-on lire dans la communication du ministère.

Des accusations que la Coordination nationale des non-voyants diplômés chômeurs dément. “Nous n’avons agressé personne ! Nous sommes arrivés relativement tôt, la porte était ouverte et nous n’avons eu aucun mal à entrer dans l’établissement. Et pour ce qui est de l’essence et une bonbonne de gaz, ils sont destinés à notre propre usage. Nous n’avons jamais pensé à asperger des fonctionnaires qui ne nous ont rien fait”, répond notre interlocuteur, membre de la coordination.

à lire aussi

Cette manifestation semble surprendre le département de Hakkaoui qui estime que “le ministère a toujours laissé la porte ouverte au dialogue. La dernière réunion qu’a tenue la ministre avec les représentants de la coordination des non-voyants diplômés chômeurs remonte au 19 février. Réunion au cours de laquelle, ils ont été informés des nouveautés et des procédures qui permettent aux personnes en situation de handicap d’accéder à la fonction publique”.

Résistance au nom de la transparence

Les non-voyants diplômés chômeurs estiment de leur côté que les réunions avec Bassima Hakkaoui ne mènent ”à rien”. “J’étais présent lors de la réunion du 19 février et la ministre campe sur sa position. Elle estime qu’on doit passer un concours. On veut bien, mais encore faut-il que ces concours soient transparents, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui !”, déplore Houcine Adallal.

Quelques jours avant la rencontre du 19 février, la Coordination a adressé un rapport à Amnesty International et au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme faisant état de leur situation précaire. Le collectif révèle aussi dans ce rapport que certains de ses membres ont tenté de se suicider.

Résolus à être embauchés dans la fonction publique, les non-voyants diplômés chômeurs avaient organisé un sit-in le 7 octobre au siège du ministère de la Solidarité qui a viré au drame. Saber Haloui, 28 ans, originaire de Marrakech, avait trouvé la mort après une chute accidentelle du toit du bâtiment. En mars 2018, plusieurs d’entre eux ont manifesté sur le pont Hassan II reliant Rabat et Salé, en s’aspergeant d’essence et en menaçant de s’immoler. Idem en mai 2016 où une dizaine de membres de la Coordination menaçait de commettre un “suicide collectif”.

article suivant

Les prévisions du HCP sur la situation démographique du Maghreb à l'horizon 2050

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.