Destination Eurovision : le Maroc en kitsch position

En mai prochain se tiendront en Israël les dernières phases de la 64e édition du Concours Eurovision de la chanson. 42 pays prendront part à ce challenge imaginé par les Helvètes. Retour sur un évènement devenu planétaire et arrêt sur la sélection française dans laquelle 
le Marocain Bilal Hassani part favori.

Par

Bilal Hassani, jeune Franco-marocain, part favori pour représenter la France en Israël avec sa chanson Roi. Crédit: DR

Des malins, ces Suisses. Ils charrient la planète entière avec leur neutralité depuis 1815 et les voilà qui déclenchent un conflit artistique européen puis mondial en 1956. En toute impunité. Même le Maroc finit par y prendre part, en 1980. Les hostilités sont le fait du directeur général de la télévision publique helvétique, Marcel Bezençon. Elles sont déclarées après de rudes tractations avec l’Union européenne de radio-télévision (UER). La première bataille a lieu à Lugano. Sept protagonistes y défendent leur honneur : l’Allemagne, la France, la Belgique, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse. C’est cette dernière qui triomphe grâce à une ressortissante alémanique portant le doux nom de Lys Assia. Les Suisses, malins vous dit-on, proposent rapidement l’itinérance du conflit, vu le coût que peut engendrer une…

article suivant

Kelaat Mgouna : L'enfer des roses